ma bibliothèque sur Goodreads

Mazel's currently-reading book montage

Louis Lambert - Les Proscrits - Jésus-Christ en Flandre
Au-delà de cette limite votre ticket n'est plus valable
Nos ancêtres les gaulois et autres fadaises
Hhhh
L'Elixir de longue vie


Mazel's favorite books »
}

mercredi 25 mai 2011

Lydia Bonnaventure - La maladie et la Foi au Moyen Âge


Au Moyen Âge, la foi est omniprésente. On aime Dieu mais on le craint, on vénère la Vierge, les saints, on croit au pouvoir des reliques... De ce point de vue, la maladie est punition du pécheur, la guérison est récompense ou miséricorde. Tout dépend de Dieu. Nul mieux que Gautier de Coinci n'a su le montrer : dans ses Miracles, il a évoqué cela avec un tel talent qu'il a marqué lesesprits. Son style frappe, dérange. Son message passe par les images, par les mots crus, par ses propres interventions. De la sorte, ses Miracles de Nostre Dame ne sont pas seulement une œuvre littéraire majeure du Moyen Âge. Ils constituent aussi une source étonnante sur la maladie aux XII° et XIII° siècles et sur le sens que la religion donnait alors à ces étranges dérèglements du corps : on verra ici que la maladie faisait l'objet d'une véritable appropriation par l'Église, laquelle, sciemment ou non, profitait dela peur engendrée pour transmettre ses messages moralisateurs.

de Lydia Bonnaventure
est diplômée de l’Université de Perpignan en Lettres modernes. Elle est aujourd’hui formatrice de Français et d’Histoire en Seine-Saint-Denis, après avoir enseigné en collège et en lycée professionnel. 

pour la retrouver, voir son blog : http://livresetmanuscrits.e-monsite.com/
également : http://medieval-lydia.blogspot.com/2011/05/la-maladie-et-la-foi-au-moyen-age.html


(18 mai 2011)


la bonne nouvelle de la journée... je viens de recevoir ce livre, dédicacé de la main de son auteur... J'avais vraiment très envie de le lire, et Lydia me l'a offert. Vraiment, très touchée.

très grand merci ma chère Lydia, je vais donc avoir le plaisir de découvrir ta plus, d'ici un jour où deux, le temps de terminer le livre en cours... 

..

avis d'autre lectrice :
La plume de Bleuettehttp://bleuette-diot.over-blog.org/article-la-maladie-et-la-foi-au-moyen-age-69153819.html

***
curiosité de lectrice

La lèpre (ou maladie de Hansen) est une maladie infectieuse chronique due à Mycobacterium leprae (une bactérie proche de l'agent responsable de la tuberculoseidentifiée par le Norvégien Gerhard Armauer Hansen en 1873) touchant les nerfs périphériques, la peau et les muqueuses, et provoquant des infirmités sévères. Elle estendémique dans certains pays tropicaux (en particulier d'Asie). La lèpre est une maladie peu contagieuse.
La lèpre fut longtemps incurable et très mutilante, entraînant en 1909, à la demande de la Société de pathologie exotique, « l'exclusion systématique des lépreux » et leur regroupement dans des léproseries comme mesure essentielle de prophylaxie.
La lèpre est connue depuis l’Antiquité. Les premières descriptions datent de 600 ans avant J.-C. On la retrouve dans les civilisations antiques en Chine, en Égypte et en Inde. On a d'ailleurs longtemps cru à une origine asiatique ; on pensait qu'elle se serait ensuite répandue par les guerriers d'Alexandre le Grand puis par les Phéniciens et les Romains. Les travaux sur le génome de la bactérie à l'Institut Pasteur (Marc Monnot, Stewart Cole, publiés dans Science le 13 mai 20051) indiqueraient plutôt une origine est-africaine ou du Moyen-Orient avant d'arriver en Asie et en Europe. Elle serait arrivée en Afrique de l'Ouest avec les explorateurs nord-européens, puis l'esclavage l'aurait disséminée dans les Caraïbes et l'Amérique du Sud. Pourtant, la plus ancienne trace de cette maladie vient de l'Inde comme en atteste un squelette de 4000 ans trouvé au Rajasthan2.
La Bible contient des passages faisant référence à la « lèpre », à la fois dans l'Ancien Testament et le Nouveau. On ne peut pas savoir s'il s'agit de la même maladie : ce terme a en effet été utilisé pour de nombreuses maladies de peau d'origine et de gravité très variables. Un Metzora, est une personne atteinte de tzara'at (lèpre) dans le livre du Lévitique. La loi israélite faisait obligation aux prêtres de savoir reconnaître la lèpre (Lv 14. 1-57).
Les Évangiles synoptiques relatent la guérison d'un lépreux par Jésus (Mc 1, 40-45; Mt 8, 1-4; Lc 5, 12-16).
Les textes les plus anciens en témoignent, la lèpre a toujours représenté une menace, et les lépreux mis au ban de la société, rejetés par leur communauté et leur famille. C’est encore souvent le cas de nos jours.
La lèpre a donné lieu à des mesures de ségrégation et d'exclusion sociale, quelquefois héréditaires, comme dans le cas des Cagots du Sud-Ouest de la France. Le recul de la lèpre en Europe a débuté dès le xvie siècle sans que l'on ait une explication satisfaisante3.




Pestarzt.jpgLa peste (du latin pestis1, maladie contagieuse) est une maladie à multiples facettes qui est mortelle pour l'Homme. Elle est causée par le bacille Yersinia pestis, découvert par Alexandre Yersin de l'Institut Pasteur en 1894, qui est aussi responsable de pathologies pulmonaires de moindre gravité chez certains petits mammifères etanimaux de compagnie (on parle dans ce cas de peste sauvage). Elle est principalement véhiculée par un rat, le Rattus rattus, qui la transmet à l’homme par l’intermédiaire de puces infectées (puce du rat Xenopsylla cheopis, dans les pays chauds comme l’Inde, ou Nosopsyllus fasciatus en Europe). Les rongeurs sauvages constituent le réservoir naturel de la maladie. Les lagomorphes (lapin, lièvre) et carnivores peuvent infecter l'humain par contact avec un animal infecté ou morsure de ce dernier.
En raison des ravages qu’elle a causés, surtout pendant le Moyen Âge, la peste a eu de nombreux impacts sur l'économie, la religion et les arts. Ainsi, la peste noire de 1347–1351 a profondément marqué l'Europe en exterminant 30% à 50% de la population européenne. La population française quant à elle chuta de 41% sur la même période faisant 7 millions de victimes sur les 17 millions de Français de l'époque. Cependant, plusieurs épidémies de maladies inconnues à forte mortalité ont pu être qualifiées de peste par les chroniqueurs de l'époque.
Au Moyen Âge, le terme de « peste », ou ses équivalents, ne désigne pas nécessairement la maladie aujourd'hui nommée peste, ni même une autre maladie spécifique. Il s'appliquait à toute épidémie importante, toute maladie frappant une communauté – phénomène difficile à expliquer sans le concept de contagion – et rapportées plus souvent à des superstitions qu'à des causes matérielles16. La première épidémie où l'on peut reconnaître avec certitude la maladie que nous nommons peste est la Peste de Justinien (seconde moitié du vie siècle). Toutefois, la maladie existait certainement avant cette date. Ses origines ont été discutées ; si on les situait souvent en Asie centrale, l’idée a aussi été avancée que la peste était présente dans l’Égypte pharaonique17. Une étude comparative de plusieurs génomes de bacilles de Yersinia Pestis a montré que l'origine de la maladie devait se trouver dans le voisinage de la Chine, où l'ancêtre commun des bacilles actuels serait à rechercher il y a plus de 2600 ans18. Les sociétés antiques étaient régulièrement frappées par des maladies épidémiques et ne pouvaient que difficilement les différencier. De nombreuses sources relatent de tels fléaux.
La peste est évoquée dans l'Ancien Testament comme un fléau envoyé par Dieu aux Hébreux. Le roi David est châtié par Dieu et doit faire le choix entre subir sept années de famine, trois mois de guerre, ou trois jours de peste ; il choisit la peste (Livre II Samuel 24).


L’ergotisme est le résultat d’un empoisonnement à long terme habituellement suite à l’ingestion d’alcaloïdes produits par l'ergot du seigle (Claviceps purpurea), unchampignon qui infecte le seigle et d’autres céréales. Plus récemment, il a pu être lié à l'administration de certains médicaments dérivés de l’ergoline.
L'ergotisme est également connu sous le nom de mal des ardents et feu de Saint-Antoine. L’intoxication par l’ergot est l'une des explications médicales et psychologiques de la sorcellerie ou de la possession démoniaque.
Des épidémies historiques d'ergotisme ont été identifiées, même si les références des auteurs classiques sont difficiles à interpréter. Le seigle, principal vecteur de l’ergotisme, ne s’est pas beaucoup diffusé autour de la Méditerranée. Lorsque Fuchs différencia en 1834 les références à l’ergotisme de celles concernant l’érysipèle et d'autres affections, il retrouva la première mention de l'ergotisme dans les Annales Xantenses de l'année 857 : « une Grande peste de pustules oedématiées a consumé la population atteinte d’une pourriture répugnante, de sorte que leurs membres ont été gangrénés et sont tombés avant qu’ils meurent ». Des recherches archéologiques ont permis de retrouver une tablette assyrienne d'environ 600 avant J.-C. faisant allusion à "une pustule nuisible dans des épis de céréales".2
Des chroniqueurs comme Adémar de ChabannesGeoffroy du Breuil de Vigeois ou Raoul Glaber enregistrent des épidémies, notamment celle de 994 dans le Limousin. Le saint invoqué à Limoges était saint Martial ; pour avoir sauvé la ville de cette maladie, le saint fait l'objet d'ostensions qui ont lieu tous les sept ans.
La plus ancienne mention de la maladie est celle que fait Flodoard pour l'année 945 dans ses Annales décrit la "Peste du feu" qui sévit à Paris3 : les malheureux avaient l'impression que leurs membres brûlaient, leurs chairs tombaient en lambeaux et leurs os cassaient4.
Pendant cette période troublée, on voyait la persécution ignée - ignis sacer, ignis gehennae - réapparaître à chaque période de famine.
Les descriptions de la famine sont terribles. Raoul Glaber écrit que dans l'année 994 "les riches pâlirent, les pauvres rongèrent les racines des forêts. Sur les chemins, les forts saisissaient les faibles, les rôtissaient, les mangeaient. Il y en a un qui osa étaler de la chair humaine à vendre dans le marché de Tournus". La maladie revint pendant tout le XIe siècle : en Champagne, en 1039, dans le Limousin, en 1070, en Lorraine, en 1089, dans la région de Cambrai en 1129 où 12 000 personnes moururent. Les foules de miséreux se précipitent vers les tombeaux des saints. À Limoges, vers le tombeau de saint Martial. Quand le mal revient en Limousin, la foule va à Arnac-Pompadour et transfère les reliques de saint Pardoux à Limoges. Le mal réapparaît en Limousin en 1092 - 1094, le clergé décide alors de faire des processions dans les villages avec les reliques de saint Pardoux. La maladie s'arrête. Des villages se placent alors sous la protection du saint.
C'est en 1089 qu'un seigneur du Dauphiné, Gaston de Valloire, ramena les ossements de l'anachorète de la Thébaïdesaint Antoine qui avait vaincu les feux de la tentation, et dont le fils, Guérin, avait été guéri du mal des ardents. Les reliques sont déposées dans une chapelle à La Motte-aux-Bois, près de Vienne, qui va prendre le nom de Saint-Antoine-l'Abbaye.
À cette époque, l’empoisonnement gangréneux était connue sous le nom de « feu sacré » (ignis sacer) ou « feu de Saint-Antoine », du nom de moines de l’ordre desAntonins, car nombre des victimes se rendaient en pèlerinage auprès des reliques de Saint-Antoine, à Saint-Antoine-l'Abbaye (Isère, en France), dans l'espoir d'être guéries, mais aussi en raison des sensations de brûlures ressenties dans les membres des malades5 auxquelles on doit l'autre nom de la maladie « mal des Ardents ». Ces pèlerinages étaient souvent couronnés de succès, le pèlerin s'éloignant de la source de pain fabriqué à partir du seigle ergoté le temps que les stocks soient écoulés et on attribuait la guérison à Saint-Antoine, le saint patron des ergotiques. La maladie frappait l'été, au moment où l’on consommait la nouvelle récolte.
Selon Snorri Sturluson, dans son Heimskringla, le roi Magnus, fils du roi Harald Sigurtharson, qui était le demi-frère du Saint roi Olaf II de Norvège, est décédé des suites de l’ergotisme peu après la bataille d'Hastings.
Une première mention de l'ergot a été faite par un médecin allemand, en 1582, Lonitzer, comme remède utilisé par les sages-femmes pour les accouchements.
L’ergot, nommé d’après l'éperon qu’il forme sur la plante, a été identifié et désigné ainsi par Denis Dodart, qui a signalé le rapport entre l’ergot de seigle et l'empoisonnement du pain dans une lettre adressée à l’Académie royale des Sciences en 1676John Ray a mentionné l’ergot pour la première fois en anglais l'année suivante.
François Quesnay, le médecin de la Pompadour, s'est intéressé à la "gangrène des Solognots" et découvrit que la maladie était due à la consommation d'un seigle avarié. Dans les périodes de famine, les paysans consommaient "des grains corrompus et réduits en forme d'ergot de chapon" pour composer leur pain ou leurs bouillies.

malade.jpg
La médecine médiévale en Europe occidentale était issue d’un mélange d'idées héritées de l'antiquité, d’influences spirituelles diverses et, de ce que Claude Lévi-Strauss a délimité comme le champ du chamanisme ainsi que d’un consensus social.1 A l’époque, il n'y avait pas de tradition de médecine scientifique et les points de vue ont évolué en fonction de diverses influences spirituelles. Il faudra attendre le siècle des Lumières pour voir éclore une rigueur scientifique faite de rationalisme teinté de pragmatisme empirique.
Au début du Moyen Âge, à la suite de la chute de l'Empire romain, les connaissances médicales reconnues se fondaient principalement sur les textes médicaux de l’Antiquité grecque et romaine ayant échappé à la destruction et conservés dans les monastères ou diverses bibliothèques. Les idées sur l'origine des maladies et leur traitement n'étaient toutefois pas purement d’ordre séculier, mais étaient également basées sur une vision du monde, dans laquelle des facteurs tels que le Destin, le Péché et les influences astrales jouaient un rôle aussi important que les causes physiques. L'efficacité des traitements était également liée aux croyances du patient et du médecin, davantage fondées sur des données empiriques que sur des faits rationnels, de sorte que l’utilisation des Remedia physicalia (remèdes physiques) était souvent subordonnée à une intervention spirituelle.
Dans la première période du Moyen Âge, il n'y avait pas de réseau organisé de médecine. A défaut de structure adaptée, quelqu'un qui était victime d’une blessure ou d’une maladie pouvait se tourner vers la médecine traditionnelle, la prière, l’astrologie, la magie , le mysticisme ou vers un médecin, s'il y en avait un de disponible. Les frontières entre chaque profession étaient imprécises et mouvantes. Les textes médicaux classiques comme, par exemple, ceux de Galien, étaient largement fondés sur le principe d'autorité plutôt que sur une confirmation expérimentale.
Lorsque l'influence du christianisme a augmenté, une tension est apparue entre l'Église et la médecine populaire, du fait qu’une grande partie de la médecine populaire était fondée sur la magie ou le mysticisme et puisait son origine à des sources qui n'étaient pas compatibles avec la foi chrétienne. La magie et les incantations étaient utilisées en association avec les herbes et les remèdes. Ces formules magiques et ces sortilèges ont dû être distingués des remèdes physiques ou remplacés par des prières ou des dévotions chrétiennes. De même, cette dépendance à l'égard du pouvoir des herbes ou des pierres précieuses trouve une explication à travers le christianisme.
L'Eglise enseigne que Dieu envoie parfois la maladie comme punition et que, dans ces cas, le repentir pourrait amener à la guérison. Cette croyance a conduit à recourir à des pratiques comme la pénitence et le pèlerinage, comme étant des moyens de guérir d’une maladie. Au Moyen Âge, certaines personnes ne considéraient pas la médecine comme une profession convenable pour les chrétiens, du fait qu’ils croyaient que la maladie était souvent une punition du ciel. Dieu était considéré comme le médecin divin qui envoyait la maladie ou la guérison selon sa volonté. Toutefois, de nombreux ordres monastiques, en particulier lesbénédictins, considéraient les soins aux malades comme une oeuvre de miséricorde.







7 commentaires:

Lydia a dit…

Mais de rien Annie, voilà qui me fait plaisir. Et si tu me le permets, je mets ici l'adresse de mon site, bien plus complet que mon petit blog:

http://livresetmanuscrits.e-monsite.com/

Grosses bises !

mazel a dit…

bonne soirée Lydia,
en fait, je le commence ce soir... réussi à me sortir d'un désastreux polar polonais...
donc, une très bonne soirée en vue.
Pour le lien, je le rajoute tout de suite.
bises

Lydia a dit…

C'est très gentil Annie. Encore un grand merci ! Bises.

Alex Mot-à-Mots a dit…

Tu dois déjà être plongée dedans... J ete laisse au Moyen Age, alors.
Biz

mazel a dit…

bonjour Alex,
pas encore ouvert ce matin... mais ça ne saurait tarder.
Très intéressant.

On apprend que la haine des juifs n'est pas le seul fait de "déicide" mais remonte à plus loin dans la Bible avec l'histoire de Caïn et Abel.

Un point que j'ai envie de creuser.

bises

Oncle Paul a dit…

Bonjour Annie
Grâce au roman La chair de la Salamandre, j'ai découvert le catalogue de cette sympathique maison d'édition, et ce catalogue est très riche, surtout pour ceux qui comme moi aime l'histoire et le moyen-âge. Et l'on se rend compte que le Moyen-âge était beaucoup plus foisonnant que ce que les manuels d'histoire veulent bien nous en dire. Va falloir que je me renseigne concernant La maladie et la foi au Moyen-âge, cela me changera du polar mais pas des mystères.
Amitiés

mazel a dit…

bonjour Oncle Paul,
Vraiment aimé "les enfants de la salamandre", dont j'attends la suite avec impatience...
c'est Lydia qui me l'a fait découvrir d'ailleurs.
Donc, lorsqu'elle m'a proposé de m'offrir son livre, je lui ai fait confiance, les yeux fermés...
En plus comme je fréquente son blog, j'ai trouvé tous ses articles forts intéressants.
Le titre peut paraître un peu "ardu" mais en fait non. L'histoire est passionnante au contraire.
Alors, oui, si je dois conseiller un livre, c'est bien celui-là !
bonne fin de journée
bises